L'Avenir Aquitain
AA
Accueil > Viticulture
p1090829

Viticulture Une production française estimée en baisse de 18%

Publié le: 28-08-2017

Vendanges 2017 D’après les dernières estimations du ministère de l'Agriculture, la production viticole 2017 devrait s’établir à 37,2 millions d’hectolitres, soit la plus faible récolte en France depuis 1945.

Cette situation exceptionnelle s’explique par la conjonction de facteurs climatiques, et remet la question de la gestion des risques au centre des débats. Selon les estimations du ministère de l’Agriculture, rappelées lors du conseil viticole de FranceAgriMer, le 25 août, la production viticole ne devrait pas dépasser cette année les 37,2 millions d’hectolitres, soit une baisse de 18 % par rapport à 2016 et de 17 % par rapport à la moyenne quinquennale de 45 millions d’hectolitres.

Cette diminution s’observe dans tous les bassins de production, à l’exception de la Bourgogne-Beaujolais. La campagne a en effet été marquée par un gel très important pendant les dix derniers jours d’avril, sur une grande partie du territoire (Aquitaine, Charente, Val de Loire, Est, Occitanie). A cela s’est ajoutée une sécheresse importante dans le Sud-Est de la France, le bas de la vallée du Rhône, l’Est du Languedoc, qui a aussi conduit à réviser à la baisse les prévisions de récolte. L’alternance du chaud et du froid a notamment eu des répercussions sur le nombre de grains de raisin sur les grappes, et le poids des baies, parfois inférieur de moitié à celui de l’année dernière. Ce qui présage peut-être d’une récolte encore inférieure aux prévisions : « je crains que malheureusement, nous soyons en dessous des 37 millions d’hectolitres », déplore Jérôme Despey, président du Conseil spécialisé viticole de FranceAgriMer. La qualité devrait cependant être au rendez-vous, et en l’absence de pression sanitaire observée, « il n’y a pas de raison que les cours n’augmentent pas », estime Jérôme Despey, qui considère que les euros perdus lors des deux dernières campagnes doivent cette année être rattrapés. La récolte européenne devrait elle aussi afficher une baisse de 10 à 12 %, autour de 148 millions d’hectolitres, au lieu de 165,6 millions d’hectolitres l’année dernière.

Faire face aux aléas

L’année 2017 est également exceptionnelle pour la précocité de ses vendanges, qui ont commencé avec deux à trois semaines d’avance dans la plupart des régions. D’une façon générale, « on s’aperçoit bien que les vendanges sont de plus en plus précoces », en lien avec le climat, explique Jérôme Despey. Alors que cette année, certains producteurs sont touchés jusqu’à 100 % en raison des accidents climatiques, le président du conseil viticole insiste sur l’importance des outils de gestion de risques. La filière a interpellé le ministre sur la nécessité de baisser le seuil de déclenchement de l’assurance à 20 %, ainsi que sur la problématique de la moyenne olympique qui, quand elle est calculée avec plusieurs mauvaises années, ne donne pas un résultat qui correspond à la réalité de l’exploitation. « Nous voulons remplacer la moyenne olympique par le rendement butoir prévu dans le cahier des charges », explique Jérôme Despey, qui espère un rendez-vous avec Stéphane Travert avant le 15 septembre. Il demande, pour les viticulteurs impactés par les aléas, une exonération de 100 % de la taxe sur le foncier non bâti, ainsi que l’extension à la filière viticole du plan de refinancement des exploitations mis en place par le gouvernement à la suite de la crise de l’élevage. Pour le président du conseil spécialisé, il est également important de rouvrir les discussions sur la contractualisation. Par exemple, la capacité à fournir les volumes en entrée de gamme permettrait à certaines marques de n’acheter que du vin français, au lieu d’importer du vin étranger pour des questions de continuité de l’approvisionnement. Jérôme Despey évoque par ailleurs la nécessité de renforcer l’indication de l’origine France dans les grandes surfaces.