L'Avenir Aquitain
AA
Accueil >Technique >
vin_27-10-2017 Publié le: 27-10-2017

Vin Une production mondiale attendue en baisse de 8 % en 2017 Selon les prévisions de l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production mondiale de vin est estimée à 246,7 millions d’hectolitres, soit une baisse de 8 % par rapport à 2016. La récolte serait historiquement faible.

Avec 246,7 millions d’hectolitres, l’estimation de la récolte mondiale de vin présentée le 24 octobre par l’Organisation mondiale de la vigne et du vin (OIV) s’avère la plus faible depuis 1961. Les évènements climatiques qui ont affecté la vendange en Europe de l’Ouest expliquent cette baisse historiquement basse de 8 %.

Europe en baisse
Le gel de printemps a eu de graves conséquences dans les principaux pays producteurs (France, Espagne et Italie), où l’on a en outre subi un été plutôt sec à l’origine des raisins plus petits, d’où une diminution de la production. Cette dernière est donc plus faible que la moyenne olympique, particulièrement en Italie (39,3 millions d'hectolitres soit une baisse de - 23 % par rapport à 2016), en France (36,7 millions d'hectolitres, - 19 %), en Espagne (33,5 millions d'hectolitres, - 15 %) et en Allemagne (8,1 millions d'hectolitres, - 10 %). Le Portugal, qui n’a presque pas subi de gel, connait une hausse de 10 % avec 6,6 millions d'hectolitres. La Roumanie (5,3 millions d'hectolitres) la Hongrie (2,9 millions d'hectolitres) et l’Autriche (2,4 millions d'hectolitres) sont les seuls autres pays européens à avoir connu une hausse par rapport à 2016.

Pays tiers en hausse
En dehors de l’Europe, on observe un bon niveau de récolte aux Etats-Unis qui avec 23,3 millions d'hectolitres (- 1 %) restent au-dessus de leur moyenne olympique, tout comme l’Australie avec 13,9 millions d'hectolitres (+ 6 %) et la Nouvelle-Zélande où malgré une production en baisse (2,9 millions d'hectolitres, - 9 %), le volume reste au-dessus de la moyenne. En Amérique latine, la production s‘avère un peu faible en Argentine avec 11,8 millions d'hectolitres, la hausse de + 25 % marquant seulement un rattrapage après une très faible récolte en 2016. Le Chili enregistre également une assez mauvaise année avec 9,5 millions d'hectolitres, soit 6 % de moins par rapport à 2016 qui était déjà une année plutôt faible. Avec 3,4 millions d'hectolitres, le Brésil récupère un peu après une année 2016 difficile à 1,3 millions d'hectolitres. L’Afrique du Sud maintient, de son côté, un bon niveau de production avec 10,8 millions d'hectolitres (+ 2 % par rapport à 2016). Par ailleurs, la consommation mondiale reprend ces deux dernières années, après la crise économique qui l’avait impactée, et est estimée par l’OIV entre 240,5 et 245,8 millions d'hectolitres pour 2017.

Confirmation en avril
Ces chiffres « seront affinés en avril avec des données plus précises sur la production, la consommation mais aussi les échanges », précise Jean-Marie Aurand, directeur général de l’OIV qui a présenté ces estimations. La vendange dans l’hémisphère Nord venant de se terminer, les données peuvent encore évoluer, d’autant que les chiffres présentés concernent 88 % du volume de production.